Les masques FFP1, FFP2 et FFP3 protègent-ils contre les coronavirus ? Différents types et recommandations

     

    Types de masques

    Actuellement, il existe essentiellement deux types de masques. D’une part, il y a les masques chirurgicaux, qui sont principalement utilisés par les professionnels dans les salles d’opération. Ils filtrent l’air qui est exhalé et contiennent donc des agents, des particules, des bactéries ou des virus qui peuvent être transmis par la respiration à d’autres personnes autour de nous.

    D’autre part, les masques de protection respiratoire, qui filtrent l’air qui est inhalé de l’extérieur. Ces masques retiennent les agents, les particules, les bactéries ou les virus qui proviennent de l’environnement dans lequel nous nous trouvons. Ils sont agréés pour différentes capacités de filtrage. Certains ont une valve d’expiration qui réduit l’humidité à l’intérieur, pour offrir plus de confort en général et surtout lors de la respiration. Ils sont répartis en fonction de la protection de votre filtre parmi :

    • FFP1 : efficacité de filtration minimale de 78%, fuite de 22% vers l’extérieur. Protège contre les résidus non toxiques et non fibrogènes de la poussière ou des aérosols. Empêche l’inhalation de ces substances et des odeurs désagréables.
    • FFP2 : efficacité de filtration minimale de 92%, fuite vers l’extérieur de 8%. Comme ci-dessus, il offre une protection contre les résidus non toxiques, mais contre les éléments fibrogènes. Ainsi, il nous empêche d’inhaler les fluides toxiques de la poussière, des aérosols et des fumées.
    • FFP3 : efficacité de filtration minimale de 98%, 2% de fuite vers l’extérieur. Il agit contre différents types de poussières, de fumées et d’aérosols toxiques et nocifs. Efficace contre les bactéries, les virus et les spores fongiques.

    Toutefois, ils rappellent que les personnes souffrant d’allergies ou de maladies chroniques ou graves doivent continuer à les utiliser.

    Quelles sont les différences entre elles ?

    Le FFP2 et le FFP3 sont tous deux approuvés pour retenir les particules jusqu’à 0,6 micron. Comme l’explique le Servicio Riojano de Salud, l’OMS recommande l’utilisation pour les procédures d’isolement ou avec génération éventuelle d’aérosols infectieux tels que Tuberculose, rougeole, varicelle, SRAS…, d’un respirateur avec une efficacité de filtration d’au moins 95% pour les particules de 0,3 microns de diamètre. Cela correspond au modèle de masque N95, selon la norme américaine NIOSH. Cependant, il ne correspond pas à celui de l’Europe, et ce niveau de protection se situe entre le FFP2 et le FFP3.

    Le FFP2 est recommandé pour les activités à risque faible ou modéré, tandis que le FFP3 est relégué aux circonstances où le risque est élevé. Ils indiquent également que les masques munis de valves ne doivent pas être utilisés dans des environnements stériles, tandis que les masques autofiltrants doivent être jetés après usage s’ils ne peuvent pas être correctement nettoyés pour être réutilisés. Par conséquent, en fonction de l’usage que nous allons en faire, nous devrons choisir l’une ou l’autre option en fonction de leurs caractéristiques.

    Conseils d’utilisation, selon l’OMS

    Un autre aspect à prendre en compte est que si nous ne plaçons pas cet article correctement, il perd de son efficacité. Outre l’utilisation rationnelle et recommandée, l’Organisation mondiale de la santé propose une série de conseils sur l’utilisation de ce produit de santé.

    • Avant de mettre un masque, lavez-vous les mains avec un désinfectant à base d’alcool ou avec de l’eau et du savon.
    • Couvrez votre bouche et votre nez avec le masque et assurez-vous qu’il n’y a pas d’espace entre votre visage et le masque.
    • Évitez de toucher le masque lorsque vous le portez ; si vous le faites, lavez-vous les mains avec un désinfectant à base d’alcool ou de l’eau et du savon.
    • Changez votre masque dès qu’il est mouillé et ne réutilisez pas les masques à usage unique.
    • Pour retirer le masque : l’enlever par derrière (ne pas toucher l’avant du masque) ; le jeter immédiatement dans un récipient fermé ; et se laver les mains avec un désinfectant à base d’alcool ou de l’eau et du savon.